Le ramadan eskimo

lundi 13 août 2018
par  Robert Vigneau
popularité : 15%

.

Un croyant sincère s’arrêtera de respirer pour observer le ramadan : on n’introduit rien d’étranger à son corps durant le jeune rituel.

.

.

.

LE RAMADAN ESKIMO

.

Il était une fois un missionnaire, du nom d’Abdelsalam ben Bakère, qui rencontra beaucoup de succès chez les eskimos.

Son épaisse barbe de pèlerin hadj plaisait beaucoup aux femmes arctiques : il se trouva vite nanti des quatre épouses qu’il n’eut pas besoin de voiler aux yeux des autres indigènes de Purtugâmut puisque tout ce petit monde consanguin se reconnaissait de même parenté. On ne se dissimule pas entre cousins, cousines.

De plus, le vent boréal soufflant quasi en permanence en cette île du nord-ouest Groenland, personne ne s’avisait de sortir de l’igloo sans masque de fourrure kifkif purdah intégral.

Grâce à ses quatre épouses dont il aiguisait la foi par son talent de circoncis, Abdelsalam ben Bakère multiplia sa force de conversion : facile, avec un dieu unique, universel et dépouillé, apte à remplacer à lui tout seul la foule d’esprits compliqués à l’affût dans le fouillis gelé des séracs.
Les simples mœurs du désert arabe, si bien illustrées par le livre que brandissait Abdelsalam, ressemblent aux usages polaires : l’igloo de l’eskimo vaut la tente du bédouin chez ces peuples également nomades et chasseurs, également ignorant des arbres, des ruisseaux, des labours.

De plus les nouveaux rites religieux amusaient les gens de Purtugâmut : par exemple, ils projetaient d’accomplir en kayak le pèlerinage jusqu’à La Mecque ; la gymnastique des cinq prières quotidiennes plaisait aux femmes comme autant de récréations ; les hommes discutaient inlassablement pour déterminer l’orientation du mirab de glaçon que les ardeurs dévotes faisaient fondre…
L’enthousiasme de ses catéchumènes ravissait Abdelsalam ben Bakère. Il ne doutait plus que son œuvre missionnaire s’étendrait au Groenland entier et au delà du pays inuit gagnerait toute la ceinture du cercle polaire. Descendant vers le Sud, la vraie foi envahirait-elle la Sibérie, la Chine, les Alaskas donc l’Amérique ? Que de conquêtes déjà si proches !

Comme souvent chez les néophytes, le zèle des novices de Purtugâmut dépassait parfois la mesure. Ainsi le village tout entier décida-il d’obéir strictement aux règles du ramadan : ne rien avaler entre le lever et le coucher du soleil. Malheureusement, cette année-là, le ramadan débuta pile à la saison du soleil de minuit. Jeûne intégral. La nuit ne viendrait pas avant trois semaines.

On les retrouva tous éteints d’inanition.
.
JPEG - 100.7 ko