La pomme de terre pour septembre

lundi 11 juin 2018
par  Robert Vigneau
popularité : 22%

Depuis plus de trois décennies, je compose un calendrier de MES boissons ou nourritures pour présenter les vœux de saison aux francophones en mon cœur. Ces douze quatrains, un par mois, célèbrent des parentèles ou des événements privés, lointains, parfois même si personnels qu’ils ont pu sembler obscurs aux récipiendaires.
En contrition, voici quelques précisions ou détails, souvent d’ordre intime ou familial, susceptibles d’éclairer le contexte de ces confidences. Et puis, ça me fait plaisir de raconter ces bribes. Ici, il s’agit de mes pommes de terre, calendrier paru à la germination de 1997

.

septembre
.
Etienne, apôtre des prisons,
 
Des oiseaux, des vieux, des clochards,
 
Aima Dieu et la communion
 
Des frites au pied du Leughenaer.

.

Il s’agit du père de ma pauvre épouse, mon beau-père, Étienne Éliet. Un saint. Pas moins : un saint véritable. Simple, modeste, direct. Invivable comme tous les saints : capable de vous couper la télé pour vous demander si le programme vous convient. Drôle et emmerdeur de bontés !

Il jonglait avec les bonnes œuvres : visiteur de prison assidu, il prolongeait ses bénévolats en patronnant des vieux, des clodos en tabac gris et autres nécessiteux. Il dégotait des jobs à des repris de justice. Il s’occupait des oiseaux (grosse affaire, les canaris à Dunkerque !) ou de bégonias. Et ruisselant de charité divine pour entendre et excuser tous les péchés du monde !

Capable de faire rigoler le Christ : - Deux fois donné, le Bondieu rit ! disait-il.

Sa petiote faiblesse : il s’offrait quotidiennement un cornet de frites devant le vieux port, au Leughenaer. Etait-ce une faiblesse d’ailleurs ou plutôt son devoir citoyen dunkerquois, voire l’innocente occasion de retrouver et d’étendre son réseau d’assistés ? Car les saints sont de fieffés filous, nom de dieu !

J’ai donc eu cette chance familiale dans mon existence si païenne. Mes enfants l’ont eu pour grand-père et j’espère qu’avec leurs nombreux cousines et cousins, ils perpétueront sa leçon d’amour, révérant la mémoire d’ Etienne…

.


Brèves

2 septembre 2009 - Limerick, kézako ?

Limerick : forme poétique anglaise humoristique, volontiers salace et souvent absurde.
Sa (...)

31 octobre 2008 - Mirlitons : présentation

Les mirlitons publiés sont actuellement ordonnés en trois rubriques : les septains et les (...)