Jean Genet : Belles nuits… 

dimanche 12 août 2018
par  Robert Vigneau
popularité : 17%

Jean Genet

.

.

.

.

.

.


IV

.
Belles nuits du plein jour
Ténèbres de Pilorge
C’est dans vos noirs détours
Mon couteau que l’on forge.
.
Mon Dieu me voici nu
Dans mon terrible Louvre.
À peine reconnu
Que ton poing fermé m’ouvre
.
Je ne suis plus qu’amour
Toutes mes branches brûlent
Si j’obscurcis le jour
En moi l’ombre recule.
.
Il se peut qu’à l’air pur
Mon corps sec tombe en poudre
Posé contre le mur
J’ai l’éclat de la foudre.
.
Le cœur de mon soleil
Le chant du coq le crève
Mais jamais le sommeil
N’ose y verser ses rêves.
.
Séchant selon mes vœux
Je fixe le silence
Quand des oiseaux de feu
De mon arbre s’élancent.

.

Jean GENET , Le Condamné à mort, poésie-Gallimard, 1999, p. 31…